Historique

Pour en savoir plus sur l’origine de Douni Paalga …et l’historique de nos actions de soutien aux pays d’Afrique de l’0uest et Haïti.

C’est en 2000, que cette histoire commence …avec le projet 2000 gouttes d’eau pour ZIGA

A Forges d’Aunis petit village de 700 habitants situé en Charente Maritime, est fondée l’association ZIGA-FORGES.
Parents, enseignants, se regroupent dans le dans le but de sensibiliser les familles et enfants de l’école aux inégalités sociales et économiques dans le monde.

Le projet: soutenir un petit village du Burkina Faso, ZIGA.

 

L’action 2000 gouttes d’eau pour ZIGA (récolte de fonds) a permis :
de rendre l’école accessible à tous les enfants de Ziga, encourager les familles à scolariser les filles, améliorer les conditions de vie à l’école pour les enfants et les enseignants, contribuer plus largement au soutien de la famille.
la création d’un jardin potager pédagogique,
la création d’une bibliothèque, seul bâtiment électrifié par un panneau solaire permettant aux enseignants de meilleures conditions pour la préparation de leurs cours mais aussi des cours d’alphabétisation pour adultes .
Aller à l’école c’est aussi avoir un repas dans la journée…, … c’est construire son avenir, celui de sa famille, et de sa communauté.


L’évolution du village de ZIGA.
En 1999, 20% des enfants étaient scolarisés, dont très peu de filles.
Aujourd’hui ce sont pratiquement tous les enfants d’au moins 6 ans qui  sont scolarisés et qui peuvent poursuivre leur scolarité avec l’ouverture d’écoles supplémentaires et la création d’un collège.
En 2005, l'association "Ziga-Forges" est dissoute.
Au-delà des missions que s’était donnée l’association ZIGA-FORGES,
une histoire s’est créée, elle a tissé au fil du temps des liens en profondeur et ancré des changements durables.Notamment avec notre ami Yacouba GUIRA, directeur dans le village de ZIGA dans ces années, qui continue à agir pour les communautés les plus démunies.
Il coordonne des projets de soutien à la scolarisation des enfants, et de maraîchage pour les femmes.

De 2006 à 2008, notre volonté d’allier voyage et solidarité nous amène à rejoindre l’association, Voiles sans Frontière, VSF France pour une mission humanitaire au Sénégal, et. VSF Caraïbe pour une mission en Haïti. Nous sommes plusieurs bateaux à partir sur la même période et à nous retrouver au cours du voyage pour partager ces missions.
Nous naviguerons à bord d’un voilier de voyage avec dans son armement des colis de ravitaillement en matériel para médical et scolaire.
Les colis sont destinés à des petits villages du Siné Saloum et Casamance, accessibles uniquement par voie d’eau.
Au-delà de cette « mission postale », nous avons rendez vous avec les coordinateurs sur place, et les instituteurs de villages. Ces temps passés dans chaque village renforcent les liens de solidarité, redynamisent les projets scolaires ou de santé.
Les colis de la deuxième mission sont destinés à un orphelinat sur l’ile à vache, à Haïti.
Nous allons partager une semaine avec les enfants et adultes de l’orphelinat.
Toute l’aide que nous pouvons apporter durant ces 7 jours sera « un petit plus ».
La situation sur l’île est difficile, la population est très pauvre et à l’orphelinat, malgré le dévouement des personnes, les moyens humains et financiers manquent cruellement.

Chaque année des bateaux de voyage acheminent du matériel vers ces villages et rencontrent les interlocuteurs sur place. Médecin ophtalmologiste ou dentiste bénévoles de Voiles sans Frontières organisent deux missions de santé par an, soins et prévention.
Voiles sans Frontière continue à agir, et pour que les actions de solidarité apportent un changement durable, ils soutiennent la formation dans le domaine de l’enseignement et de la santé.

En 2009,
L’histoire au Burkina-Faso continue.
Uu petit groupe décide de soutenir Yacouba et sa famille en se rendant sur place pour la construction de sa maison dans la région de Ouahigouya.
Ados, parents de France et du Burkina vont prendre pelles, pioches et pendant 10 jours faire avancer la construction.
Au delà du chantier, les temps partagés dans la vie quotidienne confortent chacun de la richesse de l’accueil chez l’habitant.
Ce voyage fait germer de nouvelles idées, et projets.
Un changement qui s’ancre et s’opère en chacun de nous.

En 2012, ce petit groupe accueil Yacouba en France, pendant 2 mois.
Le voyage est instructif, pour chacun.
Nous allons réaliser en vivant ensemble 2 mois au quotidien l’importance de nos écarts de vie.
Pour yacouba nous savons tout faire et pouvons nous débrouiller.
Un peu de mécanique, du jardinage, des conserves et confitures, de la restauration de maison et ce modernisme qui facilite la vie au quotidien, le fascine.
Soutenir un développement, oui, mais dans une démarche respectueuse de l’homme et de la nature. Alors nous devons réfléchir.
Mais ce qui reste une assurance pour tous, c’est l’importance de l’éducation qui construit chaque individu en acteur impliqué et en mesure d’agir pour son avenir.
Alors donnons cette chance à tous.
Pour Yacouba, la chance de vivre mieux un jour au Burkina-Faso dépendra de l’éducation des enfants.
Il a eu la chance d’aller à l’école, de pouvoir lire et écrire et de poursuivre des études pour devenir enseignant. Mais tous les enfants n’ont pas cette chance.
Alors pourquoi ne pas aider ensemble Péterkoé, son village natal !
Nous lançons alors "Douni Paalga" (Nouveau monde dans sa langue).
Convaincus que les changements durables passeront par l’éducation,le premier objectif sera le parrainage de l'école de Péterkoé.
Yacouba sera le coordinateur des actions nouvelles de « Douni Paalga » au Burkina Faso, avec la création d’une association partenaire au Burkina; «Nouveau Monde».